Petits tours ou plus longs voyages couchés sur un trike et sur un handbike (vélo à bras), et en particulier une traversée des Pyrénées (2009), un périple en Himalaya (2010) et des boucles dans les Dolomites (2011).

18 septembre 2010

Acte 1 : Srinagar > Leh

du 19 au 28 aout 2010 : Srinagar > Drass > Kargil > Lamayuru > Leh.

9 jours pour traverser la region du Cachemire, longer le massif du Zanskar et entrer au Ladakh. C'est court pour apprecier toute les diversites de ces regions et pourtant ca fait moins de 500 km.

L'arrivee a Srinagar est brutale. Nous sommes les seuls touristes a nous risquer la-bas, qui plus est avec des velos etranges. L'heure du deballage (des velos), tout l'aeroport (20-30 personnes) nous observe. C'est le spectacle, et il a fallu s'y habituer (ou pas...) car ce fut pareil dans toutes les regions peuplees. Des murs d'hommes se dressent autour de nous pour voir les velos a chaque fois qu'on s'arrete. L'armee bloque le centre-ville que nous contournous pour aller au lac Dal sur un "houseboat" (bateau-maison). Il y a bien longtemps que les touristes ont desertes l'endroit. Les houseboat sont delabres et poussiereuses, mais l'accueil est tres chaleureux.

Montage des velos devant l'aeroport de Srinagar.
La premiere nuit du periple est difficile : fievre, bruits d'emeutes, chaleur, muezin et ... rat qui monte sur le lit et vient chatouiller les pieds ! Nous pensons serieusement a rentrer immediatement en France ! Apres le petit dejeuner, on part chercher un meilleur endroit pour une deuxieme nuit a Srinagar, mais l'agitation qui y regne nous fait quitter la ville. Nous pensions rester quelques jours a se faire chouchouter sur les houseboat deluxe, mais finalement on est bien mieux sur nos velo-transat !
Consequence de la situation, nous devons trimballer les kilos superflus du colis que nous voulions expedier a Leh (cf Pyrenees).

Une longue et belle montee vers le col Zoji La commence. Vers 17h nous sommes encore loin du prochain hotel (bivouac soit-disant decouseille dans cette region) et c'est alors que Farouk l'instituteur nous invite a passer la nuit chez lui. Ouf !
Nous sommes un peu mefiant car la region est reputee hostile, ce qui en fait n'est pas le cas pour les touristes (c'est en tous cas notre ressenti). Forts de cette bonne experience (mis a part les mosquees qui gueulent encore la nuit), nous repartons plein d'entrain.

Le premier gros col franchi 2 jours plus tard (Zoji La 3500m) est un gros morceau : route defoncee, distance, chaleur, convois militaires et altitude en font une des plus dures etapes du voyage. Passe le col, les paysages se transforment : des forets du Cachemire on passe au desert de Drass en passant par des glaciers.
Sur la suite les routes sont beacoup plus mauvaises qu'indiquees par notre guide. Sans doute a cause des crues de la Mousson.

En handbike dans la difficile montee au col Zoji La.
Drass, seconde ville la plus froide du monde : on creve de chaud !


Apres Kargil, on dort beaucoup mieux car les mosquees laissent place aux gompas et les villages traverses sont aussi plus rares et plus petits. Premier bivouac du voyage a Mulbek a 3300m dans un champ, et a partir de la nous serons toujours au dessus des 3000m d'altitude. L'acclimatation se fait en douceur et les cols a 4000m passent tres bien.

Peu avant Mulbek.
Bivouac a Iniskut, davant un hotel en construction.

On rentre aussi dans le pays boudhiste. Lamayuru est un etonnant village a flanc de montagne, on y visite le premier gompa et on y dort dans une chambre propre. Pour la premiere fois du voyage, on n'apas besoin de sortir la moustiquaire pour se proteger des poux geants ni des thermarest pour adoucir le matelas en bois. Le jardin est fleuri (tournesol, legumes) et la vue donne sur les montagnes du Zanskar (selon Cecile), du Ladakh (selon Nat). Ces montagnes tres abruptes, nues, rocheuses et sableuses, aux etonnantes couleurs forment des paysages parfois lunaires.

Cecile devore des momos a Lamayaru.
Paysage etrange pres de Lamayaru.

La nouriture est delicieuse : pain du Cachemire, Chapatti (crepe-galette), Dahl (lentilles), Aloo (patates) et legumes. Peu de touristes chasses par les inondations, mais beaucoup de Tata (camion indien) et de convois militaires sur les routes qui ne permettent parfois pas de se croiser a 2 camions ! Ce qui peut produire des bloquages impliquant plusieurs dizaines de camions pendant un temps indetermine ! Cependant, entre 2 flots de camions, nous sommes seuls au monde.

Les routes deservant les vallees secondaires n'etaient pas encore pratiquables. Nous arrivons dans une Leh tranquille et agreable, les touristes etant plutot rares.

On fete notre arrivee a Leh avec une biere dans un hotel de luxe !