Petits tours ou plus longs voyages couchés sur un trike et sur un handbike (vélo à bras), et en particulier une traversée des Pyrénées (2009), un périple en Himalaya (2010) et des boucles dans les Dolomites (2011).

28 septembre 2009

Retour sur J17 : Soulor et Aubisque dans les nuages

  • Départ : Aucun
  • Arrivé : Gourette
  • Distance : 26 km
  • Déniv + : 990 m
  • Difficulté : le moral est aussi bas que les nuages.
  • Météo : ciel bouché
  • Date : lundi 3 août 2009
Réveil dans les nuages et... avec les limaces. Il y a une mer de nuage partout. Pourtant, Nat me dit que les sommets avoisinant sont très beaux. Il s'est réveillé un peu plus tôt que moi et le brouillard n'était pas encore installé. Nous les apercevons brièvement en montant au col du Soulor (et pas d'Igor, cherche pas t'as tort !) mais très vite nous sommes dans un gros nuage. Nous mangeons au col du Soulor où nous rencontrons un groupe de Canadiens, on était pourtant prévenu par les panneaux de signalisation qui indiquaient plus bas "attention, passage canadien"(1) ... et c'est vrai qu'au col ils étaient tout un groupe.

A ce même col, un gars nous prend en photo avec les vélos. Son fil est invalide, il se renseigne sur les trikes; je lui dit que le mien est un Catrike expedition et qu'il est très bien. Il ajoute "quand je monte des cols avec des amis ou collègues de 20 ans, mon handicap c'est mon age".

Nous buvons un chocolat chaud et nous écrivons des cartes postales. La météo devrait s'arranger nous attendons confiant. Quelques heures plus tard, nous décidons de repartir dans les nuages!


La route qui relie le col du Soulor au col d'Aubisque

"Le saut de la mort" c'est comme ça que notre voisin au camping de Gèdre appelait cette route, tant les flancs en sont raides. Nous sommes peu impressionnés par cette route car nous ne voyons rien à 100 mètres !!
Nous nous inquiétons un peu pour notre visibilité. "Il faudrait se cacher les yeux pour ne pas vous voir" nous disent des passants. Avec ce brouillard, nous mettrons quand même nos lumières un peu plus loin, surtout pour passer les tunnels. Mais plus on se rapproche du col d'Aubisque, plus le brouillard s'épaissit.


En trike dans le brouillard vers le col d'Aubisque

"Nous sommes arrivés par ici au début de nos vacances, c'est maaaagnifique, des couleeeuuurs..." nous dit une femme au col d'Aubisque, bisque bisquera!
On fait une photo avec les vélos géants, on lit les plaques commémoratives, et on commence à descendre.


Le trike entre les vélos géants du col d'Aubisque, dans le brouillard.

On se dit qu'on remontera peut être au col demain s'il fait beau, car y en a marre de passer tous les cols dans les nuages! On s'arrête donc dès que possible dans la descente, au camping juste après Gourette. Et on se console avec bières, cacahouètes et un poulet roti !

(1) un passage canadien est constitué de rouleaux au sol empêchant les vaches de passer sans gêner la circulation des voitures.