Petits tours ou plus longs voyages couchés sur un trike et sur un handbike (vélo à bras), et en particulier une traversée des Pyrénées (2009), un périple en Himalaya (2010) et des boucles dans les Dolomites (2011).

20 août 2009

retour sur J4 : Des gorges, des cols, et ... un but!

  • Départ : Axat
  • Arrivé : Lordat
  • Distance : ~66kms de vélo
  • Déniv + : 1200m
  • Difficulté : un peu trop ambitieux, nous avions prévu d'aller jusqu'à Tarascon et c'est le but!
  • Météo : beau et chaud, orage le soir.
  • Date : mardi 21 juillet 2009
Aujourd'hui nous partons en direction des gorges du Rebenty. Nous suiverons la routes des cols bien sûr et la belle petite route des corniches en direction de Tarascon.

Nous sommes partis très tôt (réveil 6h45 !) et nous faisons dès la sortie du camping un petit détour par Axat. Nous y achetons enfin des produits locaux (vous aurez compris que ça nous préoccupait beaucoup. Eh oui le cyclo a grand faim, et en pédalant toute la journée il a tout le temps d'y penser !) et nous croisons nos premiers cyclo-sacoche, ils sont en vélo droit.


Le handbike pour le voyage à vélo ? c'est possible !

Il y a de belles orchidées sauvages sur les bords de route (ah moins que ce ne soit des genets...). Nous passons 2 cluses. Nat m'improvise un cours de géol (et ce n'est que le début, nous verrons que la géologie des pyrénées est bien compliquée...) et nous traversons le défilé de Jocou. D'énormes roches surplombent la route. Il y a quelques pierres bien claires et sans mousse au sol... on accélère un peu la cadence.

Dans la montée d'Espezel, mon trike fait un bruit bizard... "don't panic, there is no atomic bomb in the canice !"
En fait c'est juste le cable du dérailleur qui est détendu, sûrement à cause du transport dans le train.


Le catrike expedition : esthétique !

La pause de midi se fait dans le parc d'Espezel. C'est le premier village que l'on croise, une fois arrivés sur le plateau de Sault (896m). Nous repartons vers 15h30, pour le col des septs frères (1253m) et le col de Marmare (1361m) où nous descendons plein ouest sur la route des corniches en direction de Tarascon (où nous avions prévu de dormir ce soir).

La route surplombe la vallée de d'Ax les thermes, de Perle et plus loin Tarascon. Les belles montagnes commencent à apparaitre avec le pic de Thoumasset (2741m) en face de nous. La départementale est déserte. La route est à flanc de montagne, les bords de la route sont raides et la vue est dégagée. Nous prenons tout notre temps pour cette superbe descente (il est 18h30).

Arrivés à Caussou nous comprenons qu'on va mettre un certain temps avant d'arriver à Tarascon... La route monte et descend et l'orage gronde, il est 20h00... nous cherchons un endroit de bivouac. Le bord de route est raide, on est obligé de continuer. Le ciel s'obscurcit de plus en plus, les cumulo-nimbus grondent et l'ambiance petite maison dans la prairie se dissipe peu à peu, la tension monte... Et soudain, le sourire revient! une petite pancarte indique un camping à la ferme pas trop loin. Nous sommes à Lordat, soit à 15 kms de Tarascon quand on valide le but! Même si le camping n'est pas accessible (sanitaire, douche etc...) on pourra au moins mettre la tente à l'horizontal!

La pancarte indique le camping à 500m... après le camping d'hier, nous sommes méfiant, hum... serait ce le denivelé pour y aller ? mais nooÔÔoon... eh bien le camping est quand même haut perché ! Il nous offre une vue imprenable sur la suite de notre voyage. Certains diraient, c'est maAgnifique, j'aAdhère, j'aAdore!

Nous avons juste le temps de monter la tente et ça y est la pluie tombe. Elle ne dure en fait que quelques minutes. Le temps de nous laver et c'est fini. Nous admirons les éclairs au loin, en mangeant au sec.

Anecdote du jour : certains yeux de lynx auront remarqué que nous avions des affaires de rechange... eh oui nous nous sommes autorisé ce petit confort pour que le soir on ait un tee-shirt qui sente bon... Justement ce jour là nous réfléchissons aux affaires que nous pourrons mettre demain dans le colis pour nous alléger un peu. Et là contre toute attente qu'entend je ? '' j'ai envie de garder mon tee-shirt à manches longues j'ai peur de m'enrhumer la nuit" (Pour t'informer chèr lecteur, sache que depuis le début du voyage il faisait 35° à midi et 25° la nuit, j'exagère à peine...). Pfoufou, sur ces paroles, j'éclate de rire et le master de l'ultralight se satisfera de 2 tee-shirt (normal) et laisera son 3ème tee-shirt dans le colis, le lendemain !

Phrase du jour : "Cécile, on se fait doubler par un papillon !"